0647161565

contactalexandraprat@gmail.com

Horaires d'ouverture

Lun - Ven : 8h - 18h

Perte de poids beaujolais

Hypnothérapeute en Beaujolais, j’accompagne les femmes qui souhaitent perdre du poids et changer le regard qu’elles portent sur elles mêmes. Je reviens ici sur le Challenge 0 sucre que j’ai proposé à mes accompagnées au printemps 2022.

Un challenge 0 sucre : mais quelle idée !

En avril 2022, j’ai lancé un défi aux femmes que j’accompagne sur des problématiques de poids : retirer les sucres cachés et non naturels de leur alimentation.

Le premier moment de stupeur (d’effroi ? ) passé, les questionnements sont vite arrivés.

Pourquoi ? Quel est l’intérêt ? Pourquoi 3 semaines ?

Et surtout : vais-je y arriver ?

Les bienfaits du Challenge 0 sucre

Effectivement, de premier abord, ce défi semble irréalisable.

La société de consommation dans laquelle nous vivons actuellement ne nous accompagne en aucun cas vers une alimentation saine, le sucre étant omniprésent dans notre alimentation, jusqu’à se cacher dans de nombreux produits salés.

Le sucre fait office d’exhausteur de goût, de conservateur etc…

Il se cache dans un nombre incalculable d’aliments, en se dissimulant derrière des appellations divers et variées : glucose, fructose, maltodextrine,  sirop de riz brun, sorbitol, dextrine, lactose, ethyl-maltol, râpa dura… Le sucre a jusqu’à 50 appellations différentes !  

Ce qui arrange bien les industriels qui ainsi peuvent cacher sa présence dans les aliments (ultra) transformés et ainsi tromper le consommateur.

De ce fait, on a tôt  fait de se sentir prisonnier de cet ingrédient paradoxal. A la fois réconfortant, mais tellement dangereux pour la santé.

Alors oui, pour se lancer dans un tel défi, il faut avoir une belle dose de motivation.

Mais pas que. Au delà le fait de ne plus consommer de sucre pendant 3 semaines et d’ainsi avoir la curiosité de voir ses impacts sur notre corps et notre mental, il s’agit également de prendre un véritable engagement envers soi-même.

Initialement, le défis était réservé uniquement aux femmes que j’accompagne sur la perte de poids et aux adhérentes d’une association locale.

Mais ma mauvaise maitrise des réseaux sociaux a fait que l’événement à été publié en public sur Facebook et qu’un engouement s’est créé autour de lui.

Engouement de courte durée car sur la petite quarantaine de femmes inscrites au challenge, une dizaine est allée au bout.

Car oui, mettre en place un tel changement, même sur une courte période, demande de la motivation et de l’investissement personnel.

Et au fait, pourquoi 3 semaines ? Et bien parce que c’est le temps qu’il faut pour créer un nouveau chemin neuronal et donc créer une nouvelle habitude.

Concrètement, comment ça se passe ?

Les règles du Challenge 0 sucre sont très simples : on retire tous les aliments contenant des sucres ajoutés. Comme ça, ça à l’air simple. Dans la pratique ça l’est un peu moins, et ça a déclenché une certaine frénésie de lecture d’étiquettes de composition des aliments, incompréhensibles pour la plupart.
 
Du coup, comment faire ? Parce que si on veut tenir sur la longueur, il faut que ce soit simple. Sinon on tient 3 jours. 
Le secret ? Manger les produits les plus naturels possible. On supprime les plats tout faits,  les yaourts aux fruits, les « lights » (coucou l’aspartame ! ), les sodas, les gâteaux industriels, les bonbons, les chocolats, les pains industriels, l’alcool etc etc…
 
Bref, tout ce qui n’est pas naturellement créé par la nature ou très (très) peu transformé par l’homme. Nous avons donc conservé les protéines animales et végétales, les légumes, les fruits ( entiers ! Pour profiter de leurs fibres et ne pas augmenter le fructose en les transformant en jus), les féculents, les (bons) gras… 
 
Une fois le premier choc de la liste passé (chacune a dit adieu à son péché mignon personnel) il a beaucoup été question d’organisation. Comment faire quand on est invité chez des amis, en repas d’affaires ou le dimanche midi chez belle maman… 
 
Et c’est là que la notion d’engagement envers soi-même prend toute son importance. Les engagements que nous prenons envers nous sont les plu s complexes à tenir, mais aussi les plus culpabilisants en cas d’échec.
 
Le leitmotiv de ces 3 semaines fut  » Non, c’est non ! ». Les participantes ont pris cet engagement, et ont décidé de s’y tenir.  Et vous savez quoi ? La plupart ont été effarées de la facilité avec laquelle elles s’y sont tenues…
 

Et si je craque ? Ou la culture de l’auto sabotage…

Une des questions qui m’a été le plus fréquemment posée fut la suivante : et si je craque ? Et si j’échoue ? Et si je n’y arrive pas ?
 
Et si, et si…
 
Effectivement, transformer si radicalement son alimentation peut faire (re)surgir des mécanismes de défenses inconscients, des croyances limitantes que l’on cultive à son propre sujet : tu n’as aucune volonté, tu rates tout ce que tu entreprends, tu n’atteins jamais tes objectifs, qu’est-ce que tu es encore allée inventée ? 
 
En temps qu’accompagnante, ce sont ces questions posées pour certaines avec angoisse qui me stimulaient le plus.
 
Elles ont été pour moi l’opportunité d’amener ces femmes sur un chemin, différent, un chemin qu’elles n’avaient jamais emprunté ou qu’elles avaient quitté il y a bien longtemps : celui de la confiance en soi.
 
Elles ont appris à vivre au jour le jour, en célébrant chaque jours vécut sans ingérer de sucre. Elles ont aussi appris à accepter leurs erreurs et/ou leurs craquages, en ne focalisant plus sur l’unique « faute » mais sur tous les moments où elles n’ont pas craqué, où elles ont fait autrement, où elles n’ont, tout simplement, même par réalisé qu’elles faisait de choix de ne pas manger de sucre…
 
 

La force du groupe

Lorsque l’on se lance ce type de défi, il est important de se sentir soutenue.

Ce qui n’est pas toujours évident au sein du cercle familial, amical ou professionnel.

J’ai donc fait le choix d’ouvrir un groupe privé Facebook accessible à toutes les participantes, sur lequel nous pouvions toutes partager nos astuces, nos doutes, nos victoires. En plus, de petits groupes privés messenger étaient disponibles pour mes accompagnées, afin qu’elles puissent échanger en petit comité et obtenir des réponses de ma part ou des autres femmes.

De fait, ce groupe fut utile à toutes les participantes qui pouvaient librement exprimer leurs doutes, leurs victoires mais aussi se sentir soutenues et en symbiose avec les autres participantes.

 

Au bout de 3 semaines de challenge, qu’est devenue ma relation au sucre ?

Avant de passer au bilan de ce challenge, je tiens à souligner que l’un des retours le plus fréquents que j’ai eu concernait la rapidité avec laquelle ces 3 semaines sont passées !  Les participantes craignaient de ne pas tenir sur la longueur, et finalement elles n’ont pas eu le temps de se lasser ! 

Au terme de ces 3 semaines, comme la majorité des femmes qui ont participé, je n’ai pas souhaité revenir à ma précédente alimentation. J’ai réintégré quelques apéro, le chocolat de temps à autre pour ne pas gâcher les chocolats de Pâques reçus juste avant le défis mais c’est tout. Les bienfaits ressentis on été tellement puissants que la question ne se posât pas. 

Concrètement, voici les bienfaits que j’ai personnellement ressentis pendant ces 3 semaines = 

  • mon SPM (syndrome pré menstruel) fut bien plus calme et moins douloureux qu’a l’accoutumée
  • je ne me pèse jamais, je ne saurai donc pas dire combien de poids j’ai perdu, mais j’ai clairement dégonflée du ventre. 
  • Je rentre à nouveau facilement et avec plaisir dans des vêtements que je n’assumais plus et dans lesquels je me sentais boudinée
  • Mon réservoir de confiance en moi à été remplis à bloc par la fierté d’avoir mené à bien ce challenge.

En partageant mon expérience avec les autres participantes, j’ai eu le plaisir de constater que mes ressentis positifs étaient partagés, et que la grande majorité d’entre elles allaient conserver une alimentation moins sucrée.

Mais au delà d’une nouvelle façon de s’alimenter, elles ont découvert en elles une force insoupçonnée : celle de tenir leurs engagements envers elle-même… 

Et une telle découverte vaut bien tous les bonbons du monde…

Si vous souhaitez aller plus loin sur le sujet du sucre et de ses méfaits, je vous recommande chaudement l’écoute de cet épisode de l’émission Grand Bien Vous Fasse de France Inter.

Envie d’en savoir plus sur les accompagnements que je propose autour de l’amincissement ?

Retrouvez ici mon programme de coaching amincissement.